Articles publiés dans la catégorie «Bricolage»

Remake au carré

Il y a deux ans, j’avais tenté une restauration de meuble de machine à coudre. Avec le recul, je me dis que c’était pas terrible, je manquais d’expérience (et de courage pour faire ça proprement). Mais je m’étais dit « Bwarf, ça ira pour l’instant »…

Mais c’est alors qu’une pandémie s’abattit sur le monde, me contraignant à tourner en rond chez moi les weekends. Et mon œil était régulièrement agressé par la vue de ce meuble un peu disgracieux dans mon décor.

J’ai donc fait chauffer les tournevis, la ponceuse et les rouleaux de peinture pour m’attaquer à la bête !

HAHA comment je l’ai démonté ! Il fait moins le malin !!!

J’ai choisi de laisser une partie des éléments en bois brut, et de peindre le reste en blanc mat pour l’accorder avec le secrétaire fraîchement rénové présent dans la même pièce.

Tout ça sans dépenser le moindre centime, puisqu’il s’agit des restes de peinture des travaux de la maison datant d’il y a + de 5 ans…

Allez, je peux m’auto-congratuler en m’offrant un mojito pour la peine !

Un secrétaire en pull de noël

C’était il y a fort longtemps, durant le 19ème mois précédant le grand confinement, lorsqu’on pouvait encore s’échanger des miasmes en toute quiétude sur les terrasses des bars… Bref ! J’avais récupéré un secrétaire vintage dans le but de le transformer en soucoupe volante… (?!?)

Malheureusement, après l’écroulement de la civilisation, impossible d’acheter le moindre circuit électronique sur les internets… J’ai donc dû le transformer… en secrétaire !

Malgré des propositions faites sur les réseaux sociaux de type « Hé psst, t’en veux ? C’est du bois massif ! Il sent encore la résine… », accompagnées de simulations aguichantes façon « Pimp my ride », aucun candidat à l’adoption…

Quelques mois de tergiversations – et un confinement propice au rangement de tout les recoins de la maison – plus tard , j’ai décidais de lui offrir malgré tout une manucure et une place dans mon propre bureau !

Et pour qu’il n’attrape pas froid, je lui ai tricoté un beau pull de noël en peinture acrylique…

Mygalomanie

Pour occuper mes weekends confinés, je trie mes matériaux de récup’ non encore utilisés. Et en fouinant, je me suis dit que l’heure de recycler le cure-pipe de la caisse à savon Red Bull était venue ! (il avait servi à fabriquer les épines des oursins de mer dans le décor de l’aquarium roulant…)

Que faire avec du fil de fer recouvert de petits poils soyeux noirs… ? Pas beaucoup d’imagination dans mon cerveau, et beaucoup de toiles d’araignées… MAIS OUI ! Fais une mygale avec !

Comme d’habitude, tout est fait à base de matériaux détournés ou recyclés, par exemple le cadre : une boite de cosmétiques recouverte d’un échantillon de papier peint…

Les couleurs de la mygale sont faites avec un peu de peintures acryliques cuivrée et argentées, appliquées au pinceau et brossées pour éviter que les poils ne boulochent.

Et j’avais tellement de matière première que j’ai pu faire trois araignées…

Je vais tester d’en planquer certaines dans le jardin pour voir si quelqu’un peut faire une syncope en les découvrant…

En tout cas le chat ne s’est pas laissé impressionner…

Banc-dwich : le banc sandwich DIY

Je vais vous conter la fabuleuse histoire de « comment faire un banc avec du bois tellement cracra qu’on avait envie de le jeter, mais qu’en fait non, et on a bien fait »…

Tout a commencé après un mois de confinement. Plus de sorties entre amis, plus de resto ni de ciné, plus rien… Obligé de s’occuper par soi-même, d’utiliser son cerveau et ses mains pour se sortir de l’adversité et surtout ne pas trucider son co-confiné… (nan mais en vrai ça va hein)

Les fameuses planches qui ont mangé de l’eau, de la mousse et de la terre depuis trois ans…

On a donc décidé d’unir nos forces pour confectionner un bijou d’art contemporain, la pièce qui manquait à notre jardin : un banc !

Tout de bois vêtu, il est construit avec les restes de la cabane de jardin (les planches du coffrage et les lambourdes de la structure). Il nous aura fallu une journée de travail acharné pour le concevoir (avec quelques pauses apéro entre temps…). Découpe à la scie circulaire, ponçage de l’extrême et assemblage se sont déroulés sans incident majeur : pas de blessés à déplorer !

Il est mobile et peut habiter sur une terrasse ou dans la pelouse !

Pour qu’il soit solide, on a fait l’assise avec un sandwich de planches pour croiser les fils du bois, mais on doit encore ajouter des équerres pour rendre les pieds encore plus rigides.

Au final, on a calculé qu’il revient à moins de 50€ (visserie comprise), et là c’est même zéro – peanuts – nada – vu que ce n’est que de la récup’…